In Culture on
22 août 2016

Les revues de Ben : J’ai testé la chick lit!

Aujourd’hui, je vais commencer une nouvelle série d’articles qui sortiront de temps en temps et qui vous feront entrer dans l’univers des livres que je lis. Pour cette première revue, j’ai choisi de parler d’un genre bien particulier de la littérature. Lancée par le livre Sex and the City de Candace Bushnell, je veux bien sûr parler de la Chick Lit!

Sur les conseils de Cindy, j’ai lu deux œuvres de cette littérature bien particulière et aujourd’hui j’ai décidé de partir à la chasse aux clichés sur le genre avec vous, tout en vous présentant les deux romans qui m’ont permis de passer de si bons moments.

Le journal de Bridget Jones, Coup de Foudre à Notting Hill, la chick-lit


— La Chick Lit —


La Chick Lit est née dans les années 1990 et n’a jamais cessé de s’enrichir depuis, tout en se diversifiant. Mais qu’est-ce que ça désigne à la base ? Les mots Chick Lit ont été employés pour désigner des romans écrits par des femmes et destinés à un public largement féminin. Le roman de Chick Lit aborde souvent avec un certain cynisme la vie d’une femme (et surtout les problèmes qu’elle rencontre) dans notre société. La quête d’un équilibre sentimental est souvent au premier plan, mais il y a beaucoup de pistes de réflexions qui peuvent être abordés. Le roman qui « confirme » véritablement le genre a été écrit par Helen Fielding et nous en parlerons plus tard dans l’article.


Coup de Foudre à Notting Hill, la chick-lit


— Coup de foudre à Notting Hill —


Anna Scott est la plus grande star d’Hollywood et peut-être du monde. Venue à Londres pour la première de son nouveau film, elle en profite pour se promener sur Portobello Road et dans le charmant quartier de Notting Hill. Voulant acheter un livre, elle entre dans la boutique de William Thacker, un libraire attachant et fantasque qui se remet à peine d’un divorce. Dès que leurs regards se croisent, on devine que ces êtres que tout sépare pourraient bien devenir inséparables. Si la presse à sensation ne s’emparait pas de leur histoire d’amour… 


C’est le premier roman de Chick Lit que j’ai lu, et je dois dire qu’il m’a sacrément fait accrocher au genre ! Écrit par Philip O’Connor, il nous raconte la rencontre de William Thacker, libraire spécialisé dans les guides touristiques à l’ambition vacillante et Anna Scott, star planétaire dont rêvent tous les hommes. Dans une ambiance londonienne très marquée, on assiste à la naissance d’un amour atypique qui aura ses hauts et ses bas.

Même si le roman est une adaptation du film du même nom, l’auteur écrit avec légèreté et entraîne l’histoire sans baisse de rythme du début à la fin. Les thèmes abordés sont très classiques mais ils ne font pas non plus cliché. J’irais même jusqu’à dire que c’est un livre qui fait réfléchir sur la valeur des choses.

Bref, ce livre était génial. J’ai beaucoup apprécié la manière qu’a le livre de nous montrer qu’une vie banale et ordinaire renferme parfois plus de bonheur qu’une vie de faste et de luxe d’une célébrité hollywoodienne. L’entrée dans la vie quotidienne des Londoniens m’a aussi appris beaucoup de choses et m’a permis de cerner un peu plus la culture anglo-saxonne.


Le journal de Bridget Jones, la chick-lit


— Le Journal de Bridget Jones —


Bridget a presque trente ans et n’est toujours pas mariée. Entre une mère égoïste et des amis plus ou moins en couple, elle cherche le prince charmant qui changera sa vie, son regard sur elle-même et sur le monde. Comment s’y prendre avec les hommes ? Par où commencer ? Avec un humour décapant, Helen Fielding trace le portrait d’une génération de femmes socialement responsables, financièrement autonomes, mais affectivement… frustrées ! Une comédie sentimentale ironique et tendre.


Bridget Jones, c’est un peu l’héroïne moderne de la malchance. Elle est plus connue du grand public grâce au film, mais c’est bien dans les pages d’un roman qu’est né le personnage. Son journal nous emmène dans une année de sa vie, ses tracas, ses joies et ses malheurs. L’ouvrage montre avec justesse les soucis que peuvent rencontrer les trentenaires en quête d’amour. Coincée entre deux hommes, Bridget devra faire des choix qui parfois lui permettront d’avancer, parfois non. Mais le livre aborde aussi les relations familiales et l’amitié, on ne plonge pas seulement dans la thématique des relations amoureuses.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce livre! Même si le côté journal avec les annotations et compagnie m’ont au début un peu rebuté, j’ai vite apprécié la lecture. Pour moi, Bridget Jones est un incontournable qui nous emporte dans l’Angleterre bizarroïde des années 1990, en pleine transformation au niveau de sa société.


— Alors, la chick lit est-elle réservée aux femmes ? —


Comme on pouvait s’en douter, la Chick Lit n’est pas exclusive à un public féminin et des romans comme Le journal de Bridget Jones ou encore Coup de foudre à Notting Hill sont là pour nous le prouver. Je suis un mec et pourtant je ne me suis pas dit en les ouvrant « Ça parle d’amour, c’est cliché, c’est fait pour les femmes! » et j’ai pris du plaisir à les lire parce qu’ils étaient léger et sérieux à la fois.

Pour commencer, la thématique de l’amour ne parle pas qu’aux femmes puisque nous aimons tous, il est humain et naturel d’aimer. Ensuite, de nombreux thèmes sont abordés dans ces livres autour du fil rouge qu’est la recherche sentimentale, des thèmes comme l’argent, le travail, les relations humaines, la pression de la société, la pression de la famille sur l’individu. C’est pour cela qu’on ne peut pas les considérer comme de simples romans à l’eau de rose. Ils peuvent être tout aussi profonds que des livres d’auteurs plus reconnus et parlent de choses que nous appréhendons tous, quelque soit notre sexe/genre : les sentiments, quelle que soit leur nature.


Que pensez-vous de la Chick Lit? Aviez-vous déjà lu ces œuvres ?
Que pensez du rapport des hommes à cette littérature? 


Previous Post Next Post

3 Comments

  • Distrayante

    Je lis de la chick Lit et j’aime beaucoup ce genre en général car c’est loin d’être aussi gnagnan que dans l’imaginaire collectif. Mais comme dans tous les genres, il y a des livres que je n’ai pas aimé. L’accro du shopping m’a par exemple très déçue, et pourtant, j’ai lu le premier en étant adolescente (donc extrêmement bon public^^). Oui, je dis bien « le premier », car j’ai retenté quelques années en VO mais je trouvais ça toujours aussi nul.

    23 août 2016 at 13 h 24 min Reply
    • Ben

      Hey! ^^
      Je suis d’accord avec toi, il y a beaucoup de préjugés à propos de la Chick Lit, et je trouve ça dommage…
      Après c’est comme tout les genres littéraires, la lecture pourra plaire ou non, que l’auteur soit reconnu ou non d’ailleurs!
      En tout cas merci d’avoir partagé ton impression ici!

      24 août 2016 at 13 h 29 min Reply
  • The Stories Maker

    J’aime beaucoup ce genre littéraire, et je le revendique même, agréable découverte que votre blog qui touche à tout, et cet article en particulier puisque j’écris aussi un roman dans ce genre, à mon humble niveau mais je ne m’en laisse pas, je m’en vais vous suivre d’un peu plus prés 🙂

    15 décembre 2016 at 13 h 44 min Reply
  • Leave a Reply

    Vous aimerez peut-être